Notre missionNos servicesLes coursTémoignagesActivitésNos partenairesPour nous contacter
 

La Confrérie Kuan-ti

Organisme à but non lucratif, notre mission est de venir en aide aux plus démunis — principalement des jeunes de la région de Québec, décrocheurs et/ou vivant dans un milieu socio-économique précaire — par la pratique des arts martiaux chinois et l’enseignement de ses valeurs dans un esprit amical et non compétitif.

 

Notre mission

L’organisme fut fondé en 2007 par un groupe de pratiquants d’arts martiaux chinois de Québec qui voulaient partager leurs valeurs, leurs connaissances et leurs expériences en arts martiaux chinois avec des jeunes qui n’ont pas toujours les ressources pour en bénéficier et passer à l’action.

En favorisant l’accès à la pratique des arts martiaux chinois, la Confrérie Kuan-ti enseigne à ces jeunes que le premier combat est d’abord avec soi-même. Dans un environnement contrôlé, de détente et additionné d’un enseignement éthique et moral, les élèves apprennent à gérer une situation conflictuelle dans un esprit de paix, de respect de soi et des autres. En définitive, ils viseront à dépasser leurs propres limites (physiques et psychiques), tout en prenant conscience des conséquences dramatiques d’une altercation mal contrôlée.

 

Le conseil d’administration

L’organisme est administré par un conseil d’administration dont les membres sont tous des pratiquants d’arts martiaux chinois, mais qui proviennent d’horizons professionnels divers.

 

 

Kuan Ti, ou Guan di, était un général chinois (160-219 après J.-C.) dont les exploits héroïques en ont fait une figure mythologique et légendaire.

Héros de plusieurs récits et romans chinois, il est reconnu par plusieurs communautés culturelles. Son courage exemplaire, sa loyauté sans faille et la droiture de ses actions en ont fait un modèle et une inspiration pour la Confrérie Kuan-ti.

Considéré comme le « saint patron » des pratiquants d’arts martiaux et des commerçants, on en retrouve souvent des représentations dans les écoles traditionnelles, dans les commerces asiatiques et dans les temples.